Histoire du thé

La culture du thé fut introduite au Japon au IXe siècle par le moine bouddhiste Saicho, qui revint d'un voyage en Chine avec quelques graines de théier qu'il planta au pied de la montagne sacrée de Heizan. Il faut attendre la fin du XIIe siècle pour qu'une vraie culture du thé s'installe au Japon, qui connut son apogée au XVIe siècle, lorsque Sen No Rikyu codifia la cérémonie japonaise du thé (chanoyu), d'inspiration zen.
En 2737 avant notre ère quelque part en Chine, et plus précisément sous un arbre, se reposait un étrange empereur: Shennong, le "laboureur divin".
Bodhidharma était un prince indien qui au VI ème siècle partit en Chine prêcher le bouddhisme et fonder la secte Ch'an. Cette dernière se développera au Japon, près du 6 siècles après, sous le nom de zen.Il avait fait le voeu de ne jamais dormir afin de ne pas voler un seul instant à sa mission.
La Chine est le premier pays qui a découvert et utilisé le thé, et est ainsi connue comme "le pays du thé". Les documents écrits indiquent que les ancêtres chinois ont commencé à cultiver et utiliser le thé, il y a plus de 3000 ans.
Selon la légende chinoise, l'utilisation du thé comme boisson serait apparue en l'an 2737 avant notre ère, quand des feuilles se seraient détachées d'un arbre pour tomber dans l'eau chaude que l'Empereur Shennong avait fait bouillir pour se désaltérer. Ce dernier aurait alors apprécié le breuvage dont la consommation se serait généralisée.
En 1391, Hongwu, le premier empereur de la dynastie Ming décréta que les tributs en thé livrés à la Cour devaient l'être non plus sous forme de briques, mais de feuilles entières. Ce décret impérial modifia rapidement les habitudes de consommation du thé. Désormais, les feuilles de thé sont directement infusées dans l'eau chaude.
Un thé vert (en sinogrammes simplifiés 绿茶 ; en sinogrammes traditionnels 綠茶 ; en pinyin lǜchá) est un thé peu oxydé lors de sa fabrication.
Dans l'histoire, le thé chinois a connu des utilisations médicales, alimentaires, a servi de base de boisson alcoolisées et non alcoolisées.
Un homme était parti de son village à la recherche de l'éveil. Après de longues années, d'épreuve en épreuve, il était devenu un vagabond, un indésirable de nos bourgades.