Pour le développement durable de la théiculture


Les besoins au Vietnam comme à l'étranger de thé biologique certifié conforme aux normes de sécurité alimentaire ont augmenté, mais le secteur vietnamien du thé est confronté à nombre de défis résultant des exigences de qualité et d'hygiène.

C'est ce qu'a estimé l'Association vietnamienne du thé lors d'un séminaire international sur ce produit récemment organisé dans la ville de Bao Loc, province de Lam Dong (Hauts Plateaux du Centre), dans le cadre de la 4e Semaine de la culture du thé.

Selon cette association, les pays possèdent différentes réglementations de la qualité du thé, notamment concernant les taux d'insecticides résiduels. C'est pourquoi le Groupe intergouvernemental sur le thé (IGG) a préconisé une diversification de ses produits.

Actuellement 70% des foyers producteurs de thé au Vietnam emploient de bonnes méthodes culturales mais, néanmoins, suivent encore trop pour la plupart les traditions, notamment dans l'emploi d'insecticides et pour les opérations de fumage, a indiqué Nguyen Thi Anh Hong, secrétaire générale de cette association. Elle a ajouté immédiatement que si toutes les entreprises ont conscience de la nécessité d'appliquer des normes ISO, une moitié d'entre elles a été formée à l'agriculture durable, et seules 30% sont certifiées.

Le Vietnam est le cinquième exportateur mondial de thé, et le deuxième de thé vert. Les superficies culturales du pays atteignent près de 124.000 hectares pour une production annuelle de 210.000 tonnes en 2012, dont 160.000 ont été exportées pour un chiffre d'affaires de 243 millions de dollars. Les principaux marchés du thé vietnamien sont le Pakistan, la Chine, Taïwan, l'Indonésie, la Russie, les Etats-Unis, la Malaisie, la Pologne, l'Iran et l'Afghanistan. - AVI

Vietnam+ : (lire l'article complet)