Les prix du thé tirés par la demande


Les prix du thé devraient rester soutenus en 2012, selon la FAO. La Chine, premier producteur mondial, est aussi le plus gros consommateur.
Selon les premières prévisions du Groupe intergouvernemental sur le thé de la FAO, publiées le 29 février, les prix du thé, qui avoisinaient les $ 2,85 le kg en 2011, continueront d'être soutenus cette année. La demande de thé noir, qui représente l'essentiel de la production mondiale, est supérieure à l'offre depuis 2009, a indiqué le Groupe lors de sa récente réunion à Colombo, au Sri Lanka.

Consommation

« La consommation mondiale totale de thé a enregistré une progression de 5,6 % en 2010 (dernières données disponibles) atteignant les 4 millions de tonnes, stimulée par une croissance rapide des revenus par habitant, en particulier en Chine, en Inde et dans d'autres économies émergentes », commente la FAO. En Chine, la consommation de thé a augmenté de 8 % en 2009 et de 1,4 % en 2010, pour atteindre 1,06 million de tonnes, la plus forte au monde. En Inde, elle a atteint 828 890 tonnes.

Production

La production mondiale de thé s'est établie à 4,1 millions de tonnes en 2010, en hausse de 4,2 %. La production de thé noir a grimpé de 5,5 % porté par des prix record, et celle de thé vert de 1,9 %. La Chine est le premier pays producteur mondial de thé, avec 1,4 million de tonnes et une part de 33 % du total mondial.

Sur le marché mondial du thé, la FAO a constaté un meilleur équilibre de l'offre et de la demande à des prix supérieurs à ceux de la dernière décennie. « Cependant, cette tendance se dissipera si les cultivateurs surréagissent à la fermeté actuelle des prix », prévient-elle.

À l'horizon de la prochaine décennie, la FAO a estimé que la production mondiale de thé noir augmentera à un rythme proche de 1,9 % par an pour atteindre 3,28 millions de tonnes d'ici 2021, et elle sera en phase avec la demande au prix de $ 2,75 le kg - légèrement inférieur au cours actuel.

Le thé vert et thé bio

Si la consommation de thé devrait croître au rythme de 1,8 % par an et atteindre 3,36 millions de tonnes en 2021, les niches de croissance sont à rechercher dans des segments plus spécifiques. La production mondiale de thé vert devrait afficher une croissance beaucoup plus rapide que celle du thé noir, avec 2,6 millions de tonnes en 2021. Le taux de croissance estimé du thé vert de 7,2 % traduit des prévisions de forte croissance en Chine, où la production atteindra 2,3 millions de tonnes. La FAO a également préconisé la diversification dans d'autres segments du marché, par exemple le thé bio.

Recettes d'exportations

La hausse des prix du thé a entraîné un accroissement des recettes d'exportation des pays producteurs en 2011, estimé à 2,2 %, profitant de manière significative aux revenus ruraux et à la sécurité alimentaire des ménages.

Au Kenya, quelque 560 000 petits producteurs réalisent 62 % de la production nationale, mais en Chine et au Vietnam, la production de thé est encore plus largement dominée par les petits producteurs. Cependant, la FAO note aussi, dans un document de présentation, que les petits producteurs doivent faire face à des coûts de transaction plus élevés et à faible pouvoir de négociation, tant à l'achat des inputs qu'au moment de vendre la production.

Marchés : (lire l'article complet)