La fontaine de Jouvence

La fontaine de Jouvence

(CHICOUTIMI) Cinq années de recherche portant sur le thé du Labrador effectuées à l'UQAC se concrétiseront par le lancement en grande pompe demain, à Montréal et jeudi, à Toronto de la nouvelle crème et d'un sérum anti-âge sous la marque Age Control Supreme par le géant québécois Lise Watier Cosmétiques.

Ce nouveau produit développé par le génie de chercheurs de la région regroupés sous le Laboratoire d'analyse et séparation des essences végétales (LASEVE) contiendra des extraits de la plante ledum groendlandicum, communément appelée « thé du Labrador «, une plante largement répandue en forêt boréale dont les propriétés médicinales sont connues depuis longtemps par des Amérindiens.

Depuis 2006, Jean Legault et André Pichette, tous deux professeurs et chercheurs spécialisés en pharmacologie, chimie des produits naturels et en biologie moléculaire à l'UQAC dirigent une équipe de chercheurs qui s'intéressent aux propriétés des feuilles de cette plante. Selon M. Legault, les feuilles de thé du Labrador sont épaisses, grasses et ne se détachent pas de la plante à l'automne. Depuis le début des recherches, des travailleurs de la Coopérative Ferland-et-Boilleau effectuent la cueillette des feuilles à l'automne justement parce que c'est à ce moment qu'elles renferment le maximum de produits recherchés. « Notre travail a débuté en 2006 après qu'un étudiant en maîtrise, Dominic Dufour, ait produit un mémoire portant sur l'évaluation de l'activité biologique du thé du labrador», explique M. Legault.

Secrets industriels

Même s'il ne peut élaborer sur certains secrets industriels ainsi que sur les budgets de recherche accordés, M. Legault explique que le travail des chercheurs a consisté à extraire de la plante des molécules de composés phénoliques ou antioxydants ainsi que de l'acide ursolique. Ces agents, une fois filtrés et concentrés, possèdent des propriétés anti-inflammatoires, anti-élastase (collagène et élastine) qui retardent l'oxydation des cellules de la peau. Les chercheurs de l'UQAC ont vérifié les qualités des extraits de thé du Labrador sur des cultures de cellules de peau humaine.

M. Legault ne prétend pas avoir découvert la fontaine de Jouvance, mais affirme que les résultats des recherches démontrent des effets bénéfiques. « Nous avons effectué les tests sur les crèmes produites par Lise Watier. Eux ont réalisé les études cliniques. Il est difficile d'empêcher le vieillissement de la peau humaine, mais nous croyons qu'il est possible de le ralentir », affirme M. Legault.

Le lancement de ces nouveaux produits ne devrait pas se traduire par une récolte de milliers de tonnes des feuilles du thé du labrador puisqu'un lot d'extrait équivaut à un litre de liquide provenant de deux kilos de feuilles.

L'intérêt des travaux de recherche effectués jusqu'à maintenant, selon M. Legault, est que les gens de LASEVE continueront d'être impliqués puisqu'on y effectuera les tests de contrôle de qualité pour le compte de Lise Watier Cosmétiques. « À moyen terme, l'intérêt est qu'on aimerait participer au développement d'autres produits à base de plantes nordiques. Il existe 850 espèces de plantes dans le paysage nordique. On espère poursuivre dans le secteur si le succès commercial est bon », affirme M. Legault.

 

Denis Villeneuve
Le Quotidien  : (lire article complet)